LERMA UMR8112

Laboratoire d’Études du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique et Atmosphères



Accueil > fr > Recherche > Milieu Interstellaire et Plasmas

Milieu Interstellaire et Plasmas

publié le , mis à jour le

Quels processus contrôlent l’évolution de la matière, dans notre galaxie et les galaxies extérieures ? Quels sont les rôles de la turbulence, du champ magnétique, des rayons cosmiques et du rayonnement multi-longueur d’onde ? Ces questions fondamentales pour l’Astrophysique actuelle se posent désormais à toutes les échelles spatiales et pour une multitude d’environnements : des échelles galactiques où le gaz diffus se condense pour former les précurseurs des nouvelles étoiles ; à l’échelle des disques proto-planétaires où l’étoile centrale interagit fortement avec son environnement ; jusque dans les étoiles elles-mêmes où les phénomènes de transport sont toujours mal connus. Le pôle « Milieu interstellaire et plasmas » du LERMA couvre tous ces domaines en combinant des travaux théoriques, des modèles numériques, des simulations 3D et des observations spatiales à hautes résolutions angulaire et spectrale.

JPEG - 486.4 ko

Au niveau observationnel, notre pôle thématique est profondément impliqué dans l’analyse de données issues des observatoires de pointe au sol et dans l’espace, en particulier dans le domaine infrarouge et sub-millimétrique où émettent les molécules et les grains de poussière interstellaire. Nos recherches ont ainsi bénéficié des récents succès des observatoires spatiaux Herschel et Planck et se nourrissent continuellement des données collectées avec la nouvelle génération d’instruments (APEX, SOFIA, ALMA et bientôt NOEMA).

JPEG - 2.5 Mo

D’un point de vue numérique, les codes développés par notre pôle pour l’interpretation des observations font partie des outils les plus perfectionnés au niveau international. Notre expertise s’étend ainsi de la conception de simulations numériques magnétohydrodynamiques sur grille, que nous résolvons à l’aide des super-calculateurs actuels (e.g. PRACE, MesoPSL), au développement de codes de modélisation avancés. Ces derniers, dont certains sont accessibles en ligne sur la plate-forme MIS et jets, se distinguent par l’inclusion de nombreux processus de micro-physiques dont les descriptions s’appuient sur les résultats d’expériences et les calculs théoriques, réalisés en partie dans notre laboratoire.


Cliquez sur les liens ci-dessous pour en savoir plus sur nos activités


1. Turbulence & champ magnétique

2. Interactions matière / rayonnement

3. Plasmas stellaires et astrophysique de laboratoire

4. Coeurs préstellaires

5. Proto-étoiles, disques & jets

6. Accrétion & éjection dans les étoiles


Cliquez ici pour accéder à nos publications

Séminaires à venir

Vendredi 3 avril 2020, 14h00
Salle de l'atelier, Paris
The great dimming of Betelgeuse in 2019-2020
Miguel MONTARGES
KU Leuven, Institute of Astronomy
résumé :
Red supergiant stars are important contributors to the chemical enrichment of the Universe. Together with asymptotic giant branch stars, their lower mass counterpart, they contribute ~ 85% of gas and ~ 35% of dust to the total enrichment of the interstellar medium. Moreover, the stellar wind has a crucial impact on the final mass, hence on the nature of the compact remnant left after the supernova: a 20 solar mass star can loose up to 60% of its mass during its life. Yet the mechanism at the origin of the red supergiant mass loss remains unknown: there is no physical scenario to lift material from the photosphere up to the dust condensation zone where radiative pressure on small grains can drive the wind.

In November-December 2019, the prototypical red supergiant Betelgeuse started an impressive dimming that brought it to 37% of its average optical brightness in February 2020. It is dimmer than this star has been since quantitative magnitude measurements have been recorded (150 years). We have observed Betelgeuse at high angular resolution during this peculiar event with the VLT/SPHERE, VLTI/GRAVITY and VLTI/MATISSE instruments. I will present the first results of this multi-wavelength and multi-technique campaign and bring them in the context of the study of the red supergiant mass loss.
 
Vendredi 17 avril 2020, 14h00
Salle de l'atelier, Paris
Patricia TISSERA
Universidad Andres Bello, Santiago, Chili
 
Vendredi 24 avril 2020, 14h00
Salle de l'atelier, Paris
Tba
Philippe ANDRE
CEA
 
Tous les séminaires...