LERMA UMR8112

Laboratoire d’Études du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique et Atmosphères



Accueil > fr > Intranet > Ressources Humaines > Formation Permanente

LES OFFRES DE FORMATION

par Carine Bingan - publié le , mis à jour le

FORMATIONS RÉSERVÉES AUX PERSONNELS TRAVAILLANT DANS UN LABORATOIRE CNRS

Les agents intéressés par une formation sont invités à se pré-inscrire et à consulter les offres de formation via :
- Le site de l’IFSeM
- L’Ecole interne PSL

Autres liens utiles :
- Extranet de la DR5
- Espace SRH dédié aux unités


RAPPELS :

1) Les principes des formations individuelles

- Elles ont pour objectif : - de permettre l’adéquation entre les compétences recherchées par le laboratoire et le projet professionnel de l’agent ; - d’accompagner l’évolution des missions et des métiers des agents. - Elles appartiennent à l’une des 3 catégories de formation : - T1 : Adaptation immédiate au poste de travail "ici et maintenant" ; - T2 : Adaptation à l’évolution prévisible des métiers "ici et demain" ; - T3 : Développement des qualifications ou acquisition de nouvelles qualifications "Ailleurs et demain". Ces demandent seront de préférence inscrites au plan de formation de l’unité et visées par le correspondant formation.

2) Les demandes de formation en T1

2.1) Les critères Il s’agit d’actions de formation qui facilitent l’exercice de nouvelles fonctions après un recrutement ou une mutation ou une promotion ou une adaptation aux évolutions de l’environnement professionnel direct (exemple : nouveau système d’information, évolution des technologies...etc). 2.2) La transmission du dossier Le dossier est composé de : - La demande de formation (imprimée, argumentée et signée par les différentes parties) ; - D’un devis de l’organisme proposant l’action identifiée. L’agent transmet le dossier par courriel à la délégation régionale au plus tard 30 jours avant le début de la formation. La recevabilité du dossier est étudiée par la délégation régionale et l’agent informé par courriel de l’issue donnée à sa demande. 2.3) Le financement Si la demande est acceptée, le financement pourra être total ou partiel au cas par cas.

3) Les demandes de formation en T2 ou T3

3.1) Les critères - T2 (ici et demain) : Le cadre de référence n’est plus le poste de travail, mais le métier. Les actions visent soit à approfondir les compétences techniques de l’agent, pour le maintenir au niveau d’exigence requis dans l’exercice de son métier, soit à acquérir par avance les compétences dont il aura besoin pour exercer son métier dans de bonnes conditions au regard des évolutions qui le traversent (règlementation, technologies…etc). - T3 (ailleurs et demain) : Il s’agit de donner à l’agent les moyens par la formation d’approfondir sa culture professionnelle ou son niveau d’expertise pour élargir ses compétences, ou de préparer son projet professionnel, qu’il s’agisse d’acquérir les bases nécessaires pour se présenter à un concours ou de se réorienter professionnellement. 3.2) Exemples de dispositifs - une période de professionnalisation ; - un plan individuel de formation (PIF) ; - une validation des acquis de l’expérience (VAE) ; - la préparation d’un bilan de compétences ; - un congé de formation professionnel (CFP). 3.3) La mise en place d’un de ces dispositifs Le correspondant formation oriente les agents vers le pôle accompagnement RH et formation pour toutes ces demandes qui font l’objet d’un entretien. Une étude de faisabilité est réalisée par une conseillère au cours de l’entretien. L’agent expose son projet professionnel, ses motivations et le contexte de la demande par rapport au projet du laboratoire et la conseillère vérifie les conditions à remplir, le conseille sur le dispositif adapté et effectue des recommandations.


Vos Correspondants formation au LERMA  :
- Patrice Landry : patrice.landry @ obspm.fr - 01 40 51 23 79
- Nora Roger : nora.roger @ sorbonne-universite.fr- 01 44 27 44 81

Séminaires à venir

Vendredi 15 novembre 2019, 14h00
Salle de l'atelier, Paris
Excitation mechanisms in the intracluster filaments around the Brightest Cluster Galaxies
Fiorella POLLES
LERMA
résumé :
In the center of galaxy clusters lie giant elliptical galaxies, the Brightest Cluster galaxies (BCGs). These galaxies are often surrounded by a system of filaments (e.g. Salomé & Combes 2003) that emit in a wide range of wavelengths, illustrating the multi-phase nature of these streams. Many of these filaments do not have strong on-going star formation and the photoionization by stellar emission cannot reproduce their emission (Johnstone et al. 2007): what is preventing these structures to create stars and what heating mech- anisms are involved, are still open questions. I have investigated cosmic rays and X-rays as likely heating sources, combining multi-wavelength line emission (?23 lines: from optical to far-infrared) with Cloudy models (Polles et al in prep.). I have fully constrained the model of the ionized phase combining for the first time optical-to-infrared emission and self-consistent multi-phase models, pushing the analysis to the molecular phase on three off-nuclear regions of NGC 1275, the central giant elliptical galaxy of the Perseus Cluster. We showed that using X-ray emission as the main heating sources, all of the ionized line emission can be reproduced. We found that to reproduce [OI]63?m line, a small filling factor of the photodissociation phase is necessary. We also showed that adding an additional dense phase or an extra pressure component is required to robustly re- produce the H2 line emission.
 
Vendredi 29 novembre 2019, 14h00
Salle de l'atelier, Paris
The size of galaxies in the era of ultra-deep imaging
Nushkia CHAMBA
Instituto de Astrofisica de Canarias
résumé :
While the effective radius is a robust parameter, its use to
characterise galaxy sizes has provided a counter-intuitive definition of
what the actual extent of a galaxy is. Current deep imaging therefore
offers a unique opportunity to critically review the convention that the
size of a galaxy is its effective radius and rethink how one best
measures the extent of galaxies using a physically motivated parameter.
We introduce a new definition of galaxy size based on the gas density
threshold for star formation in galaxies. Remarkably, our new size
definition not only captures what the human visual system identifies as
the edge of a galaxy, but also dramatically decreases the scatter in the
stellar mass - size plane by a factor of three. Our size parameter
unifies galaxies spanning five orders of magnitude in stellar mass on a
single mass-size relationship. To demonstrate the implications of our
results, we show that ultra-diffuse galaxies have the same sizes as
regular dwarfs when a size indicator that describes the global structure
of galaxies is used. This work may be extended for larger samples of
galaxies using upcoming wide, deep imaging surveys.
 
Vendredi 6 décembre 2019, 14h00
Salle de l'atelier, Paris
Is accretion-driven turbulence a key process for galaxy growth ?
Pierre GUILLARD
IAP
 
Vendredi 13 décembre 2019, 14h00
Salle de l'atelier, Paris
Falsifying the concordance of cosmology with the large-scale structures
Benjamin L'HUILLIER
Yonsei University, Seoul
 
Vendredi 24 janvier 2020, 14h00
Salle de l'atelier, Paris
The accretion-ejection connection in planet-forming disks. New perspectives from high angular resolution observations
Benoît TABONE
Leiden
 
Tous les séminaires...