LERMA UMR8112

Laboratoire d’Études du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique et Atmosphères



Accueil > fr > Intranet > Conseil de Laboratoire > Renouvellement du Conseil de Laboratoire - Mandat 2019/2024

Candidatures et professions de foi

par michel.caillat@obspm.fr - publié le , mis à jour le


Chercheurs et Enseignants Chercheurs


Jacques Le Bourlot

Au cours des dernières années, j’ai eu l’occasion de travailler avec la plupart des laboratoires et établissements de la région parisienne (à l’exception notable de Cergy). J’ai également été en contact avec de nombreux collègues en province. Cette expérience, acquise grâce à l’école doctorale, me permet de mettre en perspective les questions concrètes qui se posent au sein du laboratoire et dans ses relations avec la discipline en général.
C’est, me semble-t-il, le bon moment d’utiliser cette expérience au sein du conseil du LERMA.

soumise le 2 octobre 2018


Anne-Laure Melchior

Je souhaite me présenter au conseil de laboratoire pour représenter les chercheurs et enseignants-chercheurs. J’aurai également le souci de l’équilibre des thématiques au sein du LERMA ainsi que la représentation du pôle 1.

Maitre de conférences à Sorbonne Universités, je travaille sur les galaxies sur le campus de l’Observatoire de Paris-PSL. J’ai coordonné trois projets européens de diffusion des connaissances liés à ma pratique pédagogique. Cette coordination m’a donné une expérience administrative et d’interaction avec différents groupes et différents intérêts pédagogiques et scientifiques.

soumise le 11 octobre 2018


Mathieu BERTIN

MCF - Site de Jussieu - pôle Molécules dans l’espace - collège chercheur

Membre sortant du précédent CL, je souhaite déposer ma candidature au conseil de laboratoire avec dans l’optique de continuer à participer aux intérêts du laboratoire en général, et également dans un souci de représentativité de chaque élément composant le LERMA. Pour ma part, en tant que maitre de conférence à Sorbonne Université et expérimentateur, je pourrai apporter la vision et les ressentis des personnels localisés à Jussieu, ainsi que des personnels travaillant sur l’axe astrophysique de laboratoire du LERMA, tout en favorisant le transfert des informations entre le CL et les personnels.

soumise le 11 octobre 2018


Filipe Aires

Je suis Directeur de Recherche (DR2) au CNRS, dans le domaine de la télédétection satellite.

Précédemment à Jussieu (LMD), je suis au LERMA depuis 2009. Au cours de ces 10 dernières années,j’ai suivi avec intérêt les évolutions qui ont marqué le laboratoire, administrativement, scientifiquement, et dans la vie quotidienne. Des changements importants se profilent dans les prochaines années notamment au niveau des instituts de recherche et d’enseignement, et il faudra que le LERMA accompagne ces transformations. J’ai la conviction qu’avec un conseil de laboratoire dynamique et plein de bonnes volontés, on peut développer encore notre laboratoire, améliorer nos outils de travail et notre cadre de vie.
Je pense pouvoir contribuer dynamiquement à ces évolutions grâce notamment à mon expérience dans les arcanes administratives, la gestion de projets internationaux, ou l’encadrement d’étudiants.

soumise le 11 octobre 2018


Martina Wiedner

Je me présente comme candidate pour le conseil de laboratoire, parce que je suis très contente d’être au LERMA et je veux vous remercie en participant à la vie du laboratoire. Le rôle du conseil est de veiller que tout le monde a des bonnes conditions pour travailler. En plus, il me semble important que tout le monde soit bien au LERMA. Nous poursuivons des recherches assez différentes au LERMA, mais ce serait bien si on se connaissait un peu mieux. J’espère d’aider de faire le lien entre les astronomes et les ingénieurs et les instrumentalistes grâce à mon travail, et le lien entre les permanentes et les thésards grâce à mon rôle de responsable des thésards au LERMA.

soumise le 11 octobre 2018


Ludovic Petitdemange

Je souhaite devenir membre du conseil de laboratoire du LERMA pour plusieurs raisons que je vais vous énoncer clairement et rapidement.
Tout d’abord, j’aimerais apporter mon énergie et mon enthousiasme au laboratoire et ainsi participer de manière constructive aux différentes décisions importantes prises par le conseil. Cette tâche me semble importante et intéressante et j’espère être un membre actif du conseil.
Plus que mon avis personnel sur les différents sujets qu’aura à traiter les futurs membres du conseil, je souhaite être une voix représentant un grand nombre de membres du laboratoire. J’ai une vision très démocratique des institutions et j’aimerais que chacun se sente concerné par la vie de notre laboratoire. Pour cela, en plus de vous assurer d’une oreille attentive aux différents problèmes qui pourraient intéresser le conseil de laboratoire, je rendrai compte de mes différentes actions le plus largement possible.
En ces temps mouvementés pour nos institutions qui se questionnent sur leur propre place et sur leurs champs d’action futurs, je pense que chaque membre du laboratoire doit se sentir représenté pour ainsi participer activement aux changements plutôt que subir des décisions qui viendraient d’en haut. Je n’ai pas la prétention de représenter chaque membre mais je souhaite relayer au mieux les différentes opinions et participer à la vie du laboratoire. Personnellement, je pense que les chercheurs et enseignants-chercheurs soient le mieux possible intégrés localement pour profiter des atouts de chaque institutions. C’est ainsi que nous pourrons au sein du LERMA partager tout ce savoir faire si les interactions entre les diférents sites sont assez forts.

soumise le 12 octobre 2018


Simona Mei

PR - Pole 1, site de Paris, Observatoire

Je me présente comme candidate pour représenter les chercheurs et les enseignants-chercheurs.

Mon domaine de recherche porte sur la formation et l’évolution des galaxies. J’ai une forte expérience de recherche au niveau national puisque j’ai poursuivi mes recherches à l’Observatoire de Strasbourg, à l’Observatoire Midi-Pyrénées et à l’IAS, Orsay, avant d’être recrutée à l’Observatoire de Paris, ainsi qu’ à l’international, à l’Université de Rome, l’ESO, Johns Hopkins University, Berkeley et Caltech. Je fais partie de plusieurs collaborations internationales et j’en coordonne plusieurs. Je suis vice-présidente du CNU 34, directrice adjointe de l’ED 127 et membre du conseil scientifique de l’Observatoire jusqu’ à la fin de cette année. J’ai fait partie de plusieurs comités universitaires, de conseil et commissions à l’Observatoire, et de comités nationaux et internationaux.

Avec ma candidature, j’amène mon expérience locale, nationale et internationale au conseil de laboratoire du LERMA pour représenter les chercheurs et enseignants-chercheurs. Je serai à l’écoute de vos suggestions pour améliorer notre environnement pour la recherche, pour l’enseignement et pour l’encadrement d’étudiant.e.s et post-doctorant.e.s. Je serai attentive à toutes les thématiques et aux besoins de chacun, dans l’équilibre et dans l’épanouissement des chercheurs et enseignants-chercheurs du laboratoire. Dans les transformations des prochaines années à l’Observatoire, je serai vigilante à bien porter votre voix et défendre les meilleures solutions pour un cadre de travail qui nous satisfera en tant que personnes et chercheur.

soumise le 12 octobre 2018, corrigée le 15 octobre 2018


Henda Chaabouni

Maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise et membre de l’équipe LERMA à Cergy et du pôle 3 (molécules dans l’Univers), je souhaiterais me présenter au conseil du laboratoire pour exprimer les attentes des chercheurs expérimentaux.

soumise le 12 octobre 2018


Ingénieurs, Techniciens et Administratifs


Jeanne Treutel

Je souhaite poser ma candidature pour le conseil de laboratoire de cette année, et vous transmet ma profession de foi.

Je suis permanente IR2 au pole 4 du LERMA depuis 2011. Je reviens d’une période de détachement de trois ans au Jet Propulsion Laboratory – NASA pendant laquelle je travaillais sur la conception et développement du premier récepteur hétérodyne 2 THz (prévu pour la mission TLS dédiée au sondage stratosphérique). De retour au LERMA depuis janvier 2018 je m’occupe de la partie ingénierie système de la contribution française de l’instrument submillimétrique de la mission Jupiter et ses satellites glacés (JUICE-L1 ESA), et suis également co-responsable de plusieurs programmes de R & D (récepteurs Schottky à 2THz (ESA), circuits MMIC GaN (ANR ShoGAN), entre autres programmes). Je suis motivée pour participer et contribuer au conseil de laboratoire en tenant compte des entrées des collègues impliqués dans les développements techniques et technologiques du laboratoire.

N’hésitez pas à me contacter pour toute autre information.

soumise le 3 octobre 2018


Xiaoni Wang

Je suis une ingénieur de recherche en calcul scientifique au Pole 4. Depuis 2014, je travaille sur l’analyse des données et développement d’outil informatique dans l’équipe de Télédétection. Avant cela, j’ai aussi travaillé sur la géodésie spatiale à l’Observatoire de Cote d’Azur. Mes études (ingénieur, ionosphère) ont été réalisées en Chine et Etats Unis. Les nouvelles technologies et besoins ont besoin de être pris en compte dans notre travail. J’espère que je pourrais servir le conseil du laboratoire ensemble avec les autres collègues dans le calcul scientifique, ainsi avec mes expériences de plusieurs disciplines.

soumise le 5 octobre 2018


Alain Coulais

ITA CNRS Bap E, E1E45 ; après 10 ans de Planck HFI, je travaille
actuellement pour MIRI sur JWST (traitement de données,
simulateurs, campagnes de tests au sol, préparation
de la campagne de vérification des performances en vol).
Pour faire bref, plus de détails sur mes autres activités techniques via ADS.

Pour le laboratoire, j’ai longtemps assuré l’établissement
des liste des publications, et j’essaie d’animer la petite équipe
dédiée au support informatique.

JWST ayant pris deux ans de retard, je pense
avoir du temps pour participer au conseil
de laboratoire ainsi que m’impliquer dans
certains des groupes de travail qui en émanent.

soumise le 5 octobre 2018


Nicolas Moreau

Ingénieur d’étude au LERMA depuis 2005, je suis impliqué dans les travaux de l’Observatoire virtuel et du consortium VAMDC qui visent à la standardisation des formats d’échange informatique et des moyens d’accès aux données de physique atomique et moléculaire. Je travaille également sur des outils d’analyse de données produites par des codes numériques.

Membre du conseil de laboratoire sortant, je souhaite profiter de l’expérience acquise pour continuer à représenter les personnels ITA au sein du prochain conseil.

soumise le 8 octobre 2018


Thibault Vacelet

ITA CNRS Bap C

Assistant Ingénieur, membre du laboratoire depuis 8 ans.

Je suis responsable du laboratoire d’intégration/micromontage, actuellement occupé par l’instrument JUICE-SWI. Je suis aussi Assistant de prévention (site Paris - Observatoire de Paris).

Sans refaire mon CV, j’ai eu des expériences professionnelles dans d’autres laboratoires publics comme privés. Et pour en dire un peu plus sur mon caractère : je place la communication, comme étant un axe primordial dans tous les rapports humains.

Je vous propose ma candidature pour vous représenter au conseil du laboratoire.

soumise le 9 octobre 2018


Murielle Chevrier

Je souhaite poser ma candidature pour vous représenter au conseil de laboratoire.

Assistante Ingénieure BAP J, j’assure les fonctions d’administratrice du LERMA.

J’ai exercé mes fonctions aussi bien en administration centrale qu’en laboratoire avant de vous rejoindre il y 1 an.

J’ai déjà été élue 2 fois par le passé pour représenter mes collègues dans des conseils de service ou de laboratoire.

Je souhaite donc mettre mon expérience et ma bonne connaissance de l’administration au services des agents du LERMA. Je suis motivée pour participer activement au conseil de laboratoire pour un avenir constructif.

Soumise le 10 octobre 2018


Laurent Ibgui

Je souhaite m’engager activement dans la vie du laboratoire.
Étant directement impliqué dans des programmes de recherche en lien avec les simulations numériques en transfert radiatif, hydrodynamique radiative et magnétohydrodynamique, au sein du laboratoire et en collaboration avec des équipes en France et à l’étranger, j’ai une bonne vision des problématiques à l’interface entre la physique et le calcul scientifique. Je peux donc, en tant qu’IR en calcul scientifique, naturellement faire le lien entre les aspirations des chercheurs et celles des ingénieurs de recherche sur cet aspect.

soumise le 12 octobre 2018


Hadj Elandaloussi

Je souhaite vous représenter et porter votre voix avec honnêteté et je vous rendrai compte avec rigueur des conclusions des tenues de nos conseils de laboratoire.

Je suis ingénieur d’études depuis plusieurs dizaines d’années. J’ai travaillé dans plusieurs laboratoires :

  • Corning centre de recherche
  • Institut national de métrologie
  • Laboratoire des milieux désordonnés et hétérogènes LPMAA

Et aujourd’hui au LERMA-Jussieu

Mon expérience au sein de ces différentes structures m’a permis de rencontrer nombre de problématiques voire de conflits ce qui m’a rendu pragmatique. Soutenir les propositions des ITA/BIATSS et concourir à renforcer notre laboratoire est mon unique objectif.
J’ai longuement soupesé ma candidature car j’ai la charge de plusieurs manips et je suis l’assistant de prévention du site Jussieu mais ce sont justement ces charges qui me donnent un parfait éclairage de nos métiers. J’ai par ailleurs été référent sécurité laser et je me suis rendu sur nos différents sites où j’ai pu dialogué avec vous. Que vous soyez gestionnaire, assistant ingénieur, technicien, adjoint-technique, ingénieur, je partage votre vie professionnelle au quotidien. J’entendrai votre voix avec acuité et la porterai avec fidélité.

soumise le 12 octobre 2018


Étudiants


Aristide Doussot

Actuellement doctorant en première année au sein du LERMA à l’Observatoire de Paris sur le site de Paris, je souhaiterais candidater au siège du collège étudiants. Ancien étudiant de l’ENS Ulm ayant par le passé effectué un stage et un projet dans le laboratoire sur le site de Jussieu, il m’a été donné l’occasion de rencontrer et de connaître un certain nombre des doctorants actuels qui évoluent au sein du LERMA. La parole des étudiants étant portée au conseil de laboratoire par un unique siège, l’enjeu le plus important sera, me semble-t-il, d’avoir une bonne transmission des informations et des demandes entre les doctorants des différents sites et le conseil de laboratoire. De plus la recherche progressant souvent grâce à des échanges, il me paraît également important d’avoir cette même communication entre tous les doctorants de notre laboratoire malgré notre éparpillement géographique.
Je suis donc non seulement déterminé à effectuer ce travail de relais entre tous les étudiants du laboratoire et notre conseil mais aussi à être un interlocuteur accessible que ce soit dans les bons ou mauvais moments de nos thèses respectives.

soumise le 8 octobre 2018


Séminaires à venir

Vendredi 30 novembre 2018, 14h00
Salle de l'atelier, Paris
Multiscale star-formation in the Ophiuchus Molecular Cloud: from molecular clouds to brown-dwarfs formation
Bilal LADJELATE
IRAM
résumé :
From molecular clouds to stars, every step of the evolution of young stars can be observed in the submillimetric range. The Herschel Space Telescope observed, as part of the Herschel Gould Belt Survey, many molecular clouds. When these molecular clouds are fragmenting, dense prestellar cores accumulating dust and gas are forming and contracting. We performed a census of prestellar dense cores in the Ophiuchus Molecular Cloud, which appear to be coupled with filamentary structures, as part of the paradigm of star-formation inside interstellar filaments. The region was not previously known as filamentary, despite the observation of protostellar alignments. This molecular cloud is under the heavy feedback of active stars nearby seen in the structure of the molecular cloud. Oph B-11, detected with interferometric observations, is a brown dwarf precursor, which final mass will not be important enough for the final star to burn hydrogen. Their formation mechanism is not well constrained, we must find and characterize a first candidate pre-brown dwarf. Oph B-11 was detected along a nearby shock, we characterize chemically. Moreover, higher resolution studies with ALMA show a structured molecular environment and help us constrain the mechanism of formation of this kind of objects. These observations show a series of shocks in different tracers, spatially coincident with the detected position of the pre-brown dwarf, in favour of the gravo- turbulent scenario for the formation of brown dwarfs. I will discuss the legacy of Herschel in the Ophiuchus region in the filament paradigm of star-formation, and the future of these studies with the advent of new instruments, like NIKA2 and its polarimetry facility.
 
Vendredi 21 décembre 2018, 14h00
Salle de l'atelier, Paris
Astrochemistry in star forming regions : new modeling approaches
Emeric BRON
LERMA
résumé :
Star-forming regions present rich infrared and millimeter spectra emitted by the gas exposed to the feedback of young stars. This emission is increasingly used to study the star formation cycle in other galaxies, but results from a complex interplay of physical and chemical processes : chemistry in the gas and on grain surfaces, (de)excitation processes of the atoms and molecules, heating and cooling balance,... Its understanding thus requires detailed astrochemical models that include the couplings between these processes. In this talk, I will present several examples where new modeling approaches of specific processes and their couplings proved crucial to solve persistent observational riddles : from the driving role of UV irradiation in the dynamics of photodissociation regions (PDR) to the efficient reformation of molecular hydrogen in these regions.
 
Mardi 15 janvier 2019, 11h00
Salle de l'atelier, Paris
ATTENTION jour ET heure inhabituels
Thresholds for Globular Cluster Formation and their Dominance of Star Formation in the Early-Universe
Bruce ELMEGREEN
IBM Research Division
résumé :
Young massive clusters (YMCs) are usually accompanied by lower-mass clusters and unbound stars with a total mass equal to several tens times the mass of the YMC. If this was also true when globular clusters (GCs) formed, then their cosmic density implies that most star formation before redshift ~2 made a GC that lasted until today. Star-forming regions had to change after this time for the modern universe to be making very few YMCs. Here we consider the conditions needed for the formation of a ~10^6 Msun cluster. These include a star formation rate inside each independent region that exceeds ~1 Msun/yr to sample the cluster mass function up to such a high mass, and a star formation rate per unit area of Sigma_SFR ~ 1 Msun/kpc^2/yr to get the required high gas surface density from the Kennicutt-Schmidt relation, and therefore the required high pressure from the weight of the gas. High pressures are implied by the virial theorem at cluster densities. The ratio of these two quantities gives the area of a GC-forming region, ~1 kpc^2, and the young stellar mass converted to a cloud mass gives the typical gas surface density of 500-1000 Msun/pc^2. Observations of star-forming clumps in young galaxies are consistent with these numbers, suggesting they formed today's GCs. Observations of the cluster cut-off mass in local galaxies agree with the maximum mass calculated from Sigma_SFR. Metal-poor stellar populations in local dwarf irregular galaxies confirm the dominant role of GC formation in building their young disks.
 
Tous les séminaires...