LERMA UMR8112

Laboratoire d’Études du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique et Atmosphères



Accueil > fr > Infos Pratiques > Présentation détaillée du LERMA

Présentation du LERMA

publié le

Le LERMA (Laboratoire d’Etudes du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique et Atmosphères) est une unité mixte de recherche (UMR 8112) commune au CNRS et à 3 établissements d’enseignement supérieur : l’Observatoire de Paris (OP), Sorbonne Université (SU) et l’Université de Cergy-Pontoise (UCP). Ces 3 établissements hébergent les différentes composantes du LERMA.


Organisation du laboratoire et thématiques



Le LERMA est organisé en 4 Pôles thématiques de recherche et 1 pôle support.



Son école doctorale principale de rattachement est l’ED 127, Astronomie et Astrophysique d’Île de France, mais ses étudiants appartiennent aussi à 4 autres écoles doctorales (ED 129, 391, 564 PIF et 417).



"Galaxies et cosmologie" (OP)
- Univers primordial
- Formation et évolution des galaxies
- Amas de galaxies
- Matière noire
- Noyaux actifs, formation stellaire et rétroaction dans les galaxies


"Dynamique des milieux interstellaires et plasmas stellaires" (ENS, OP, UPMC)
- Caractérisation observationnelle du cycle interstellaire
- Modélisation de la condensation du milieu interstellaire, du gaz diffus aux étoiles et disques
- Diagnostics chimiques de la dynamique interstellaire
- Turbulence et transport radiatif dans les plasmas (circum-)stellaires


"Molécules dans l’Univers" (UPMC, UCP, OP)
- Interactions gaz-surfaces
- Processus collisionnnels en phase gazeuse
- Anomalies de rapports isotopiques et de spin nucléaires
- Paramètres moléculaires pour les atmosphères terrestre, planétaires et le milieu interstellaire


"Instrumentation et télédétection" (OP)
- Composants et sous-systèmes THz
- Instruments hétérodynes THz
- Caractérisation des atmosphères claires, nuageuses et pluvieuses
- Caractérisation des surfaces de la Terre, des planètes et des comètes
- Traitement, archivage et valorisation des données


Effectifs (Janvier 2017)
• 46 Ingénieurs et techniciens (dont 10 sous contrat)
• 10 astronomes (dont 2 émérites)
• 32 enseignants chercheurs (dont 3 émérites et 3 sous contrat)
• 21 chercheurs (dont 7 émérites)
• 7 post-doctorants
• 41 doctorants


Quelques résultats marquants récents


- Salomé, Q., Salomé, P., Combes, F., Hamer, S., Heywood , I. : 2016, <a href=’http ://www.aanda.org/articles/aa/abs/2016/02/aa26409-15/aa26409-15.html’>Star formation efficiency along the radio jet in Centaurus A, A&A 586, A45

PNG - 223.6 ko


- The earliest phase of star formation, captured through its bipolar ejection activity (Gerin et al. 2015 A&A 577, L2). La toute première étape de la formation d’une étoile, révélée par son éjection bipolaire (Gerin et al. 2015 A&A 577, L2).


- New method for measuring the diffusion and desorption energy of atoms and (Minissale, M., Congiu, E., & Dulieu, F. 2016, A&A, 585 A146). Nouvelle méthode pour mesurer l’énergie de diffusion et de désorption des atomes et radicaux (Minissale, M., Congiu, E., & Dulieu, F. 2016, A&A, 585 A146).


- Les premières mesures expérimentales directes de la photodésorption des glaces de méthanol ont montré des taux très inférieurs à ce qui était considéré jusqu’alors, et révélé la désorption de radicaux comme H3CO pouvant influencer l’astrochimie des molécules complexes.

Bertin, C. Romanzin, M. Doronin, L. Philippe, P. Jeseck, N. Ligterink, H. Linnartz, X. Michaut, and J-H. Fillion. 2016. “UV photodesorption of methanol in pure and co-rich ices : desorption rates of the intact molecule and of the photofragments”. <a href=’http ://iopscience.iop.org/article/10.3847/2041-8205/817/2/L12/meta ;jsessionid=FC5DCA0A74B28E67EDBD54FE02EB9D21.c4’>The Astrophysical Journal 817 (2). IOP Publishing : L12. doi:10.3847/2041-8205/817/2/L12.

- First results on a 1200 GHz Schottky receiver prototype for JUICE-SWI (Maestrini, A., et al 2016). Les premiers résultats sur le prototype de récepteur Schottky à 1200 GHz pour JUICE-SWI (Maestrini, A., et al 2016).

Séminaires à venir

Vendredi 20 septembre 2019, 14h00
Atelier, Paris
Challenging a Newtonian prediction through Gaia wide binaries
Xavier HERNANDEZ
UNAM, Mexico
résumé :
Under Newtonian dynamics, the relative motion of the components of a binary star should follow a Keplerian scaling with separation. Once orientation effects and a distribution of ellipticities are accounted for, dynamical evolution can be modelled to include the effects of Galactic tides and stellar mass perturbers. This furnishes a prediction for the relative velocity between the components of a binary and their projected separation. After reviewing recent work evidencing the existence of a critical acceleration scale in Elliptical Galaxies and Globular Clusters, I will show new results showing such a phenomenology in Gaia wide binaries using the latest and most accurate astrometry available. The results are consistent with the Newtonian prediction for projected separations below 7000 AU, but inconsistent with it at larger separations, where accelerations are expected to be lower than the critical a0 value of MONDian gravity. This result challenges Newtonian gravity at low accelerations and shows clearly the appearance of gravitational anomalies of the type usually attributed to dark matter at galactic scales, now at much smaller stellar scales.


 
Tous les séminaires...