LERMA UMR8112

Laboratoire d’Études du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique et Atmosphères



Accueil > fr > SERVICES D’OBSERVATIONS > SO5 - VAMDC

VAMDC

par nicolas.moreau@obspm.fr - publié le , mis à jour le

VAMDC

Virtual Atomic and Molecular Data Centre Consortium

VAMDC (Virtual Atomic and Molecular Data Centre Consortium) est un consortium international qui fédère des bases de données Atomiques et Moléculaires à travers une infrastructure e-science. C’est aussi une organisation qui supporte cette activité (http://www.vamdc.org/structure/how-to-join-us/).

Environ 90% des bases de données ainsi inter-connectées contiennent des données qui sont utilisées pour l’interprétation de spectres en astronomie et pour la modélisation de milieux dans de nombreux domaines de l’astrophysique. Le consortium VAMDC inclut par ailleurs des bases de données d’autres domaines tels que les dommages engendrés par les radiations ou la communauté des plasmas.

L’infrastructure est composée de plusieurs éléments clés :

- Le Portail est le point d’accès central pour l’accès aux données. Grâce à son interface graphique, les utilisateurs peuvent construire des requêtes qui seront ensuite soumises simultanément à toutes les bases de données capables d’y répondre.

- La base de données d’espèces chimiques est un dépôt centralisant la liste de toutes les espèces chimiques pour lesquelles des données sont disponibles dans VAMDC. Cette base est mise à jour quotidiennement par l’interrogation de toutes les bases de données qui font partie de l’e-infrastructure. C’est donc un moyen rapide et efficace de savoir où trouver une espèce donnée.

- Chaque base de données de l’infrastructure est accessible à travers un service web. Chacun de ces services web est enregistré dans le registry VAMDC.

De par sa position d’acteur majeur dans le domaine de la physique atomique et moléculaire, le LERMA est un acteur central non seulement niveau de la gouvernance mais aussi de l’évolution et de la maintenance technique de l’infrastructure. Une équipe constituée d’un astronome et de 3 ingénieurs en développement logiciel est impliquée sur de multiples aspects :

- Marie-Lise Dubernet Tuckey (astronome) : actuel chair du board of director, coordinateur scientifique

- Yaye Awa Ba (ingénieur logiciel) : développement du logiciel Spectcol et du node VAMDC Basecol, web manager du site VAMDC

- Nicolas Moreau (ingénieur logiciel) : développement du portail VAMDC et de la base de données des espèces chimiques, évolution des standards ( convergence avec les standards IVOA ), line avec les responsables d’un noeud de l’infrastructure, co-chair du technical board

- Carlo-Maria Zwolf ( ingénieur logiciel ) : executive director de VAMDC, développement du Querystore, co-chair du Group of European Data Experts in the Research Data Alliance (RDA), co-chair du Federation Identity Management Interest Group dans RDA

Séminaires à venir

Vendredi 14 juin 2019, 14h00
Salle de l'atelier, Paris
Astronomie au Pôle Sud en 1984 : la mission EMILIE
Jean-Michel LAMARRE
Observatoire de Paris/LERMA
résumé :
En 1984 une équipe du CNRS soutenue par l’INAG (INSU aujourd’hui), en association avec l’Université du Delaware et l’appui du programme antarctique des USA, a installé l’expérience EMILIE pour quelques semaines au Pôle Sud géographique pour y effectuer les premières observations astronomiques en ondes submillimétriques. Les conditions d’altitude et de température font du Pôle Sud un site unique pour ce domaine spectral, mais les conditions d’accès en sont particulièrement difficiles et les questions logistiques y occupent une place vitale, au sens propre.

Le récit de ces premières observations sera replacé dans ce contexte particulier et dans le cadre géographique exceptionnel de ce continent. On s’appuiera pour cela sur les cahiers de manip et sur des photos de la mission, mais on ne se privera pas d’utiliser les images les plus spectaculaires et les données les plus récentes de la recherche polaire, ni d’ailleurs celles de "l’âge héroïque" de l’exploration de l’Antarctique.

L’expérience EMILIE fut pour ses participants une étape importante du long apprentissage technique et scientifique qui a donné naissance au satellite Planck. On doit aussi y voir les prémices de l’observatoire submillimétrique aujourd’hui en activité au Pôle Sud, le « dark sector » de la station Amundsen-Scott.


 
Vendredi 21 juin 2019, 14h00
Salle de l'atelier, Paris
Accretion-driven turbulence and observational signatures
Pierre GUILLARD
IAP
 
Vendredi 5 juillet 2019, 14h00
Salle de l'atelier, Paris
Self-generated UV in molecular shocks
Andrew LEHMANN
ENS
 
Vendredi 20 septembre 2019, 14h00
----------, Paris
Challenging a Newtonian prediction through Gaia wide binaries
Xavier HERNANDEZ
UNAM, Mexico
résumé :
Under Newtonian dynamics, the relative motion of the components of a binary star should follow a Keplerian scaling with separation. Once orientation effects and a distribution of ellipticities are accounted for, dynamical evolution can be modelled to include the effects of Galactic tides and stellar mass perturbers. This furnishes a prediction for the relative velocity between the components of a binary and their projected separation. After reviewing recent work evidencing the existence of a critical acceleration scale in Elliptical Galaxies and Globular Clusters, I will show new results showing such a phenomenology in Gaia wide binaries using the latest and most accurate astrometry available. The results are consistent with the Newtonian prediction for projected separations below 7000 AU, but inconsistent with it at larger separations, where accelerations are expected to be lower than the critical a0 value of MONDian gravity. This result challenges Newtonian gravity at low accelerations and shows clearly the appearance of gravitational anomalies of the type usually attributed to dark matter at galactic scales, now at much smaller stellar scales.


 
Tous les séminaires...