Laboratoire d’Études du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique et Atmosphères



Accueil > fr > SERVICES D’OBSERVATIONS > SO2/SO3 - SKATE

SKATE

par Jean Mathias Griessmeier, Mickaël Coriat - publié le , mis à jour le

SKA à Travers ses Éclaireurs

Credits: SKA Organisation

Le projet international SKA (Square Kilometer Array), a pour ambition de se comparer en résolution et sensibilité aux plus grands observatoires sol et spatiaux, et de couvrir la gamme 50 MHz à au moins 15 GHz. La position de la France au sein de SKAO (SKA Observatory, l’organisation intergouvernementale chargée de construire et opérer les télescopes de SKA) a considérablement évolué ces dernières années et la France est en train de devenir un acteur à part entière de ce projet planétaire. Suite aux travaux préalables de SKA-France (une coordination nationale dirigée par le CNRS des activités industrielles, techniques et scientifiques préparatoire à la participation de la France au projet SKA), le Ministère français de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) a annoncé l’engagement de la France dans le processus de candidature à l’Observatoire SKA lors de la première réunion du Conseil SKAO, le 4 février 2021. En mai 2021, une décision unanime du Conseil de SKAO fait de la France le premier pays à rejoindre l’Observatoire au-delà de ses sept membres fondateurs (Australie, Chine, Italie, Pays-Bas, Portugal, Afrique du Sud et Royaume-Uni). L’annonce de l’adhésion de la France à l’Observatoire SKA a été faite par le Président français le 28 mai 2021. Le processus de ratification par le parlement de l’adhésion est en cours.

La construction de la première phase de SKA a commencé en juillet 2021, avec deux télescopes (SKA-mid et SKA-low) qui seront opérationnels vers les années 2026 - 2027, mais des « précurseurs » et « éclaireurs » [1] de SKA sont d’ores et déjà opérationnels et exploités, entre autres, par les scientifiques français. Il s’agit en particulier du réseau LOFAR (10 – 240 MHz), inauguré en 2010, initialement néerlandais puis ouvert à des partenaires européens dont la France, et, à plus haute fréquence (900 – 1670 MHz), MeerKAT en Afrique du Sud. Avec NenuFAR, un effort national et régional de 10 ans, la France dispose d’un très grand radiotélescope basses fréquences, qui compte parmi les plus puissants du monde dans sa gamme de fréquences, entre 10 MHz et 85 MHz. NenuFAR est en phase « Early Science » jusqu’au 30/11/2022, et les premiers Key Programmes, menés par des équipes comprenant des astronomes français et étrangers, sont actifs depuis juillet 2019.

NenuFAR
NenuFAR
Crédits: Christian PENIN - Station de Radioastronomie de Nançay

SKA est un observatoire qui par ses possibilités scientifiques concerne et intéresse une grande partie de la communauté astronomique française. La radioastronomie reste néanmoins un domaine nécessitant une compétence spécifique, et SKA sera un observatoire très puissant mais complexe à utiliser dans certains de ses modes d’observation. Les SKA Regional Centers (SRC) joueront un rôle essentiel dans l’accès à SKA, en servant de portail aux scientifiques pour l’accès aux produits des Science Data Processors (SDP). La France est notamment chargée de fournir les plateformes de calcul haute performance de ces derniers, dont le rôle est d’ingérer les données brutes des télescopes et de produire des données réduites et étalonnées aux SRC. Pour les SDPs de SKA, un effort particulier d’adaptation croisée des logiciels et des plateformes hardware (« co-design ») sera piloté par la France.

Le service d’observation SKATE a pour objet de servir le très fort intérêt manifesté par la communauté scientifique française pour SKA et de tirer parti des investissements de la communauté française dans les « éclaireurs » de SKA, en développant dans un même cadre les tâches de service qui préparent SKA et celles qui concernent ses précurseurs et éclaireurs, principalement LOFAR et NenuFAR, tout en favorisant les synergies et en mettant en valeur les tâches transverses. SKATE fournit un cadre commun pour le développement de l’instrumentation, la formation et le support à la communauté, les contributions aux SDPs, ainsi que le développement d’outils logiciels pour l’exploitation des données des SRCs. Toutes ces tâches constituent des contributions françaises à SKAO et aux SRCs.

Les tâches de service de SKATE sont groupées en six catégories :

- Le développement d’instrumentation pour NenuFAR et SKA, incluant les activités de co-design.
- La gestion de la station FR606 de LOFAR, de NenuFAR, la gouvernance de la contribution française à LOFAR et la gouvernance SKA-France.
- L’opération des stations d’observation : FR606 et NenuFAR.
- Le support aux utilisateurs pour FR606, LOFAR, NenuFAR et les autres éclaireurs ainsi que la définition du soutien à apporter aux utilisateurs de SKA notamment dans le cadre du futur SKA Regional Center européen.
- La mise à disposition des données de FR606 en mode local et de NenuFAR (contrôle qualité, archivage, accès) et la participation aux activités en cours de développement des SKA Regional Centers (fonctionnalités, prototypes).
- Le développement d’outils algorithmiques et méthodologiques pour SKA et ses éclaireurs ainsi que pour le SKA Regional Center européen.


Documents

Tableau récapitulatif des taches de service et organigramme fonctionnel du SNO SKATE

Tableau récapitulatif
Organigramme

Contacts

Responsables nationaux
Benoit Semelin (OBSPM) : benoit.semelin [at] observatoiredeparis.psl.eu
Jean-Mathias Griessmeier (OSUC) : jean-mathias.griessmeier [at] cnrs-orleans.fr

OSUs partenaires et responsables locaux
OASU : Patrick Charlot (patrick.charlot [at] u-bordeaux.fr)
OCA : Chiara Ferrari (chiara.ferrari [at] oca.eu)
OMP : Mickaël Coriat (mickael.coriat [at] irap.omp.eu)
OSUPS : Mathieu Langer (mathieu.langer [at] universite-paris-saclay.fr)


[1Un précurseur de SKA est un instrument localisé sur un des sites (exemple MeerKAT, ASKAP), un éclaireur est un instrument labellisé par SKAO mais pas sur site (exemple LOFAR, NenuFAR). Plus d’info