Laboratoire d’Études du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique et Atmosphères



Accueil > fr > Actualités > Soutenances (Thèses, HDR) > Soutenances de thèses 2021

Soutenance de thèse d’Aristide Doussot

par Elise blanchard - publié le

Vous êtes cordialement invités à la soutenance de thèse d’Aristide
Doussot, s’intitulant "Modeling the Epoch of Reionization : Machine Learning and parameter inference (Modéliser l’Époque de la Réionisation : intelligence artificielle et inférence des paramètres)".


La soutenance se déroulera le vendredi 24 septembre 2021, à 14h, dans la Salle du Conseil (Observatoire de Paris) et sera suivie d’un pot à la cantine (suivant les consignes actuelles, le pass sanitaire sera obligatoire et vérifié pour le pot).


Résumé de la thèse :
L’Époque de la Réionisation (EOR) est une période clé dans l’histoire de notre Univers. Le développement des premières structures et l’ionisation du milieu intergalactique sont des processus complexes et difficilement observables par les télescopes actuels. Développer et améliorer les méthodes de prédiction des paramètres astrophysiques de notre modèle d’Univers en se basant sur ces rares observations est donc crucial.

Dans ce travail, j’ai développé une méthode se basant sur le spectre de puissance du signal 21cm non-bruité dont l’erreur de prédiction des paramètres astrophysiques est inférieure à 1 %. Pour un signal bruité, après avoir discuté de la façon de prédire ces mêmes paramètres, j’ai obtenu une erreur de prédiction d’environ 1 %.
En analysant la simulation numérique HIRRAH-21, j’ai aussi montré que la dispersion entre la luminosité des halos et la taille des bulles d’ionisations dépend de la fraction d’échappement et du « clumping factor ».
Enfin, j’ai développé un nouveau modèle analytique liant la distribution des tailles de bulles d’ionisation (BSD) et la relation physique entre le volume de ces bulles et la masses de leurs halos M(V).
Ce modèle, adaptable pour divers contextes théoriques, peut, en partant d’une BSD donnée, inférer une relation M(V) en accord proche avec celle de la simulation jusqu’à des fractions d’ionisation de 25 % en traitant la percolation.