LERMA UMR8112

Laboratoire d’Études du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique et Atmosphères



Accueil

21 décembre 2020

Présentation du LERMA

Le LERMA (Laboratoire d’Etudes du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique et Atmosphères) est une unité mixte de recherche (UMR 8112) commune au CNRS et à 3 établissements d’enseignement supérieur, l’Observatoire de Paris (OP), Sorbonne Université (SU) et l’Université Cergy Paris (CYU).

Une diversité géographique


Le LERMA est un laboratoire qui a la particularité d’être installé sur 4 sites en Ile-de-France :




  • Observatoire de Paris
  • Observatoire de Meudon
  • Sorbonne Université - UPMC
  • Cergy Paris Université - site de Neuville





Une structure complexe


Le LERMA possède 4 tutelles : le CNRS – délégation Ile-de-France Meudon (DR5), l’Observatoire de Paris – PSL et les établissements Sorbonne Université et Cergy Paris Université.


Au laboratoire il y a 24 chercheurs (dont 5 émérites et 2 sous contrat), 7 astronomes (dont 1 émérite), 31 enseignants chercheurs (dont 5 émérites), 37 ingénieurs et techniciens (dont 4 sous contrat), 22 doctorants et 6 post-doctorants (effectifs au 01/10/2020).

Ses membres n’ont pas tous le même employeur. En effet il y a 7 employeurs différents au sein du LERMA.


Son école doctorale principale de rattachement est l’ED 127, Astronomie et Astrophysique d’Île-de-France mais ses étudiants appartiennent aussi à 4 autres écoles doctorales (ED 129, 391, 564 PIF et 417).


Une organisation en pôles


Les recherches au sein du LERMA sont organisées en 4 pôles thématiques de recherche et 1 pôle support.


Les équipes de recherche conduisent des programmes dans les domaines de la cosmologie et galaxies, de la dynamique des milieux interstellaires et plasmas stellaires, des molécules dans l’Univers et de l’instrumentation et télédétection.


  • "Galaxies et cosmologie" (OP)
    - Univers primordial (inflation, fond cosmologique microonde, réionisation)
    - Formation et évolution des galaxies (galaxies à grand redshift, évolution séculaire et fusion de galaxies)
    - Amas de galaxies
    - Matière noire (froide, tiède ou gravité modifiée)
    - Noyaux actifs, formation stellaire et rétroaction dans les galaxies (efficacité, histoire et populations stellaires)
    - Trous noirs et galaxies (AGN, starburst, croissance symbiotique et feedback)

Pour en savoir plus sur le pôle 1, cliquez ici ou rendez-vous dans l’onglet « RECHERCHE »


  • "Dynamique des milieux interstellaires et plasmas stellaires" (OP, SU)
    - Caractérisation observationnelle du cycle interstellaire
    - Formation des étoiles et des planètes
    - Modélisation de la condensation du milieu interstellaire, du gaz diffus aux étoiles et disques
    - Diagnostics chimiques de la dynamique interstellaire
    - Turbulence et transport radiatif dans les plasmas (circum-)stellaires

Pour en savoir plus sur le pôle 2, cliquez ici ou rendez-vous dans l’onglet « RECHERCHE »


  • "Molécules dans l’Univers" (SU, CYU, OP)
    - Interactions gaz-surfaces (spin, photons et glaces, réactivité sur les surfaces froides)
    - Processus collisionnnels en phase gazeuse
    - Théorie et simulations (excitation collisionnelle et réactivité de molécules interstellaires)
    - Anomalies de rapports isotopiques et de spin nucléaires
    - Paramètres moléculaires pour les atmosphères terrestre, planétaires et le milieu interstellaire
    - Expériences de spectroscopie moléculaire (spectroscopie moléculaire et instrumentation laser pour l’environnement, spectroscopie VUV à haute résolution de molécules interstellaires)

Pour en savoir plus sur le pôle 3, cliquez ici ou rendez-vous dans l’onglet « RECHERCHE »


  • "Instrumentation et télédétection" (OP)
    - Composants et sous-systèmes THz
    - Instruments hétérodynes THz (pour les observatoires au sol ou embarqués (ballons, satellites) tels que Herschel/HIFI et JUICE/SWI)
    - Activité de recherche et développement (mélangeurs HEB et SIS, diodes Schottky)
    - Caractérisation des atmosphères claires, nuageuses et pluvieuses
    - Caractérisation des surfaces de la Terre, des planètes et des comètes
    - Traitement, archivage et valorisation des données

Pour en savoir plus sur le pôle 4, cliquez ici ou rendez-vous dans l’onglet « RECHERCHE »


Séminaires à venir

Vendredi 23 avril 2021, 14h00
Visioconférence, VIDEO
A stellar graveyard in the core of a globular cluster
Gary MAMON
IAP
résumé :
The ubiquity of supermassive black holes in massive galaxies suggests the existence of intermediate-mass ones (IMBHs) in smaller systems. However, IMBHs are at best rare in dwarf galaxies and not convincingly seen in globular clusters. We embarked on a search for such an IMBH in a very nearby core-collapsed globular cluster, NGC 7397. For this we ran extensive mass-orbit modeling with our Bayesian MAMPOSSt-PM code that fits mass and velocity anisotropy models to the distribution of observed tracers in 4D projected phase space. We used a combination of proper motions from HST and Gaia, supplemented with redshifts from MUSE. We found very strong Bayesian evidence for an excess of unseen mass in the core of the cluster amounting to 1 to 2% of the cluster mass. But surprisingly, we found rather strong evidence that this excess mass is not point-like but has a size of roughly 3% of that of the cluster. Our conclusion is robust to our adopted surface density profile and on our modeling of the velocity anisotropy, as the data suggest isotropic orbits throughout the cluster. It is also robust to our use of one or two classes of Main Sequence stars (given the mass segregation in collisional systems such as clusters), as well as on our filtering for quality data. The expected mass segregation suggests that the excess mass is made of objects heavier than Main Sequence stars: white dwarfs, neutron stars and possibly stellar black holes, all of which lost their orbital energy by dynamical friction to end up in the cluster core. I will discuss the evidence for and against the possibility that most of the unseen mass in the center is in the form of such black holes, as well as the consequences of this intriguing possibility.
 
Tous les séminaires...