LERMA UMR8112

Laboratoire d’Études du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique et Atmosphères



Accueil > fr > Accueil

Présentation du LERMA

par Murielle Chevrier - publié le

Présentation générale du LERMA

Le LERMA (Laboratoire d’Etudes du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique et Atmosphères) est une unité mixte de recherche (UMR 8112) commune au CNRS et à 3 établissements d’enseignement supérieur, l’Observatoire de Paris (OP), Sorbonne Université (SU) et l’Université Cergy Paris (CYU).

Une diversité géographique


Le LERMA est un laboratoire qui a la particularité d’être installé sur 4 sites en Ile-de-France :




  • Observatoire de Paris
  • Observatoire de Meudon
  • Sorbonne Université - UPMC
  • Cergy Paris Université - site de Neuville





Une structure complexe


Le LERMA possède 4 tutelles : le CNRS – délégation Ile-de-France Meudon (DR5), l’Observatoire de Paris – PSL et les établissements Sorbonne Université et Cergy Paris Université.


Au laboratoire il y a 24 chercheurs (dont 5 émérites et 2 sous contrat), 7 astronomes (dont 1 émérite), 31 enseignants chercheurs (dont 5 émérites), 37 ingénieurs et techniciens (dont 4 sous contrat), 22 doctorants et 6 post-doctorants (effectifs au 01/10/2020).

Ses membres n’ont pas tous le même employeur. En effet il y a 7 employeurs différents au sein du LERMA.


Son école doctorale principale de rattachement est l’ED 127, Astronomie et Astrophysique d’Île-de-France mais ses étudiants appartiennent aussi à 4 autres écoles doctorales (ED 129, 391, 564 PIF et 417).


Une organisation en pôles


Les recherches au sein du LERMA sont organisées en 4 pôles thématiques de recherche et 1 pôle support.


Les équipes de recherche conduisent des programmes dans les domaines de la cosmologie et galaxies, de la dynamique des milieux interstellaires et plasmas stellaires, des molécules dans l’Univers et de l’instrumentation et télédétection.


  • "Galaxies et cosmologie" (OP)
    - Univers primordial (inflation, fond cosmologique microonde, réionisation)
    - Formation et évolution des galaxies (galaxies à grand redshift, évolution séculaire et fusion de galaxies)
    - Amas de galaxies
    - Matière noire (froide, tiède ou gravité modifiée)
    - Noyaux actifs, formation stellaire et rétroaction dans les galaxies (efficacité, histoire et populations stellaires)
    - Trous noirs et galaxies (AGN, starburst, croissance symbiotique et feedback)

Pour en savoir plus sur le pôle 1, cliquez ici ou rendez-vous dans l’onglet « RECHERCHE »


  • "Dynamique des milieux interstellaires et plasmas stellaires" (OP, SU)
    - Caractérisation observationnelle du cycle interstellaire
    - Formation des étoiles et des planètes
    - Modélisation de la condensation du milieu interstellaire, du gaz diffus aux étoiles et disques
    - Diagnostics chimiques de la dynamique interstellaire
    - Turbulence et transport radiatif dans les plasmas (circum-)stellaires

Pour en savoir plus sur le pôle 2, cliquez ici ou rendez-vous dans l’onglet « RECHERCHE »


  • "Molécules dans l’Univers" (SU, CYU, OP)
    - Interactions gaz-surfaces (spin, photons et glaces, réactivité sur les surfaces froides)
    - Processus collisionnnels en phase gazeuse
    - Théorie et simulations (excitation collisionnelle et réactivité de molécules interstellaires)
    - Anomalies de rapports isotopiques et de spin nucléaires
    - Paramètres moléculaires pour les atmosphères terrestre, planétaires et le milieu interstellaire
    - Expériences de spectroscopie moléculaire (spectroscopie moléculaire et instrumentation laser pour l’environnement, spectroscopie VUV à haute résolution de molécules interstellaires)

Pour en savoir plus sur le pôle 3, cliquez ici ou rendez-vous dans l’onglet « RECHERCHE »


  • "Instrumentation et télédétection" (OP)
    - Composants et sous-systèmes THz
    - Instruments hétérodynes THz (pour les observatoires au sol ou embarqués (ballons, satellites) tels que Herschel/HIFI et JUICE/SWI)
    - Activité de recherche et développement (mélangeurs HEB et SIS, diodes Schottky)
    - Caractérisation des atmosphères claires, nuageuses et pluvieuses
    - Caractérisation des surfaces de la Terre, des planètes et des comètes
    - Traitement, archivage et valorisation des données

Pour en savoir plus sur le pôle 4, cliquez ici ou rendez-vous dans l’onglet « RECHERCHE »

Séminaires à venir

Vendredi 22 janvier 2021, 14h00
via Zoom , Paris
Dark matter halo response to baryons
Jonathan FREUNDLICH
Observatoire astronomique de Strasbourg
résumé :
While cold dark matter numerical simulations predict steep, `cuspy' density profiles for dark matter halos, observations favour shallower `cores'. The introduction of baryonic physics alleviates this discrepancy, notably as feedback-driven outflow episodes contribute to expand the dark matter distribution for stellar masses between 10^7 and 10^10 Msun. I will first present a parametrization of dark matter halo density profiles with variable inner slope and concentration that enables to describe the variety of halo responses to baryons and has analytic expressions for the gravitational potential, the velocity dispersion, and lensing properties. This parametrization provides a useful tool to study the evolution of dark matter haloes, to model rotation curves of galaxies and gravitational lenses, and to be implemented in semi-analytical models of galaxy evolution. I will then present two theoretical models describing core formation in dark matter haloes. In the first one, sudden bulk outflows induced by stellar feedback reorganise the halo mass distribution while it relaxes to a new equilibrium. In the second one, small stochastic density fluctuations induce kicks to collisionless particles that progressively deviate them from their orbits. Both models are tested against numerical simulations and provide a simple understanding of the transition from cusps to cores by feedback-driven outflows.
 
Tous les séminaires...