LERMA UMR8112

Laboratoire d’Études du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique et Atmosphères



Accueil > fr > Accueil

A propos du LERMA

publié le , mis à jour le

Le LERMA (Laboratoire d’Etudes du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique et Atmosphères) est une unité mixte de recherche (UMR 8112) commune au CNRS et à 3 établissements d’enseignement supérieur : l’Observatoire de Paris (OP),Sorbonne Université (SU) et l’Université de Cergy-Pontoise (UCP). Ces 3 établissements hébergent les différentes composantes du LERMA.

Le LERMA est organisé en 4 grands thèmes de recherche :

  • "Galaxies et cosmologie" : l’Univers primordial (inflation, fond cosmologique microonde, réionisation), matière noire (froide, tiède ou gravité modifiée), la formation des galaxies (galaxies à grand redshift, évolution séculaire et fusion de galaxies), trous noirs et galaxies (AGN, starburst, croissance symbiotique et feedback), formation d’étoiles (efficacité, histoire et populations stellaires).
  • "Dynamique des milieux interstellaires et plasmas stellaires" : caractérisation observationnelle du cycle des milieux interstellaires, formation des étoile et des planètes, modélisation du milieu interstellaire du gaz diffus aux étoiles et disques, diagnostique chimique de la dynamique du milieu interstellaire, modélisation des transports mécaniques dans les plasmas circumstellaires, expérience de laboratoire sur les plasmas.
  • "Molécules dans l’Univers"  : expériences pour l’étude des interactions gaz-surfaces (spin, photons et glaces, réactivité sur les surfaces froides), théorie et simulations (excitation collisionnelle et réactivité de molécules interstellaires), expériences de spectroscopie moléculaire (spectroscopie moléculaire et instrumentation laser pour l’environnement, spectroscopie VUV à haute résolution de molécules interstellaires).
  • "Instrumentation Térahertz et télédétection" : développement de l’instrumentation hétérodyne THz pour les observatoires au sol ou embarqués (ballons, satellites) tels que Herschel/HIFI et JUICE/SWI, activité de recherche et développement (mélangeurs HEB et SIS, diodes Schottky), télédétection des surfaces et atmosphères

Ces pôles de recherche sont complétés par un Pôle technologique et de soutien à la recherche

Séminaires à venir

Vendredi 3 avril 2020, 14h00
Salle de l'atelier, Paris
The great dimming of Betelgeuse in 2019-2020
Miguel MONTARGES
KU Leuven, Institute of Astronomy
résumé :
Red supergiant stars are important contributors to the chemical enrichment of the Universe. Together with asymptotic giant branch stars, their lower mass counterpart, they contribute ~ 85% of gas and ~ 35% of dust to the total enrichment of the interstellar medium. Moreover, the stellar wind has a crucial impact on the final mass, hence on the nature of the compact remnant left after the supernova: a 20 solar mass star can loose up to 60% of its mass during its life. Yet the mechanism at the origin of the red supergiant mass loss remains unknown: there is no physical scenario to lift material from the photosphere up to the dust condensation zone where radiative pressure on small grains can drive the wind.

In November-December 2019, the prototypical red supergiant Betelgeuse started an impressive dimming that brought it to 37% of its average optical brightness in February 2020. It is dimmer than this star has been since quantitative magnitude measurements have been recorded (150 years). We have observed Betelgeuse at high angular resolution during this peculiar event with the VLT/SPHERE, VLTI/GRAVITY and VLTI/MATISSE instruments. I will present the first results of this multi-wavelength and multi-technique campaign and bring them in the context of the study of the red supergiant mass loss.
 
Vendredi 17 avril 2020, 14h00
Salle de l'atelier, Paris
Patricia TISSERA
Universidad Andres Bello, Santiago, Chili
 
Vendredi 24 avril 2020, 14h00
Salle de l'atelier, Paris
Tba
Philippe ANDRE
CEA
 
Tous les séminaires...